La spondylarthrite Ankylosante

Qu’est-ce que la spondylarthrite ankylosante (SA) ?

La spondylarthrite ankylosante (appartenant à la famille des spondyloarthrites) est une maladie inflammatoire chronique des articulations. Elle se manifeste par des crises douloureuses (également appelées « poussées ») entrecoupées de périodes d’accalmie (ou « rémission »). Cette pathologie touche différents endroits du corps et préférentiellement la colonne vertébrale, le bassin et la cage thoracique. Après de nombreuses années, elle peut parfois évoluer vers un enraidissement des articulations touchées (aussi appelé « ankylose »). Cependant, grâce à une prise en charge précoce, cette évolution est devenue rare aujourd’hui.

 

Quels sont les symptômes de la SA ?

Fréquemment au début de la maladie, les douleurs sont celles d’un mal de dos qui dure de quelques jours à quelques semaines ou mois et finit par se calmer. Ces douleurs peu caractéristiques peuvent expliquer le diagnostic tardif (jusqu’à 8 ans après le début de la maladie), ce qui retarde généralement l’initiation d’une réelle prise en charge médicale.


 

Qui est concerné ?

La SA touche environ 0,3 à 0,4 % de la population française, soit au moins 180 000 personnes. Les hommes et les femmes sont touchés avec la même fréquence. Elle débute habituellement avant l’âge de 40 ans (plus d’une fois sur deux entre 20 et 30 ans).

Il n’est pas rare que des personnes d’une même famille soient touchées par la SA. En effet, il existe une prédisposition génétique. Ainsi, 80 à 90 % des patients atteints de SA présentent le gène HLA-B27. Cependant, une personne peut être porteuse de ce gène et ne jamais déclarer la maladie. A l’inverse, certains patients atteints de SA ne possèdent pas ce gène.

 

Comment évolue la maladie ?

L’évolution de la SA est variable d’une personne à l’autre.
Parfois, la SA reste peu évolutive et n’entraine pas de conséquences importantes. Ces formes plus mineures semblent plus courantes chez les femmes. A contrario, chez certains patients, cette affection devient de plus en plus sévère avec des crises de plus en plus fréquentes et un enraidissement progressif des articulations. Des symptômes légers peuvent même persister pendant les périodes de rémission.
Néanmoins, il est important de noter que la plupart des malades souffrent de formes intermédiaires de SA.

Enfin, les données récentes montrent que l’espérance de vie des patients atteints de SA est proche, voire similaire, à celle de la population générale française.

 

Bien comprendre sa maladie, c’est se donner les moyens de devenir acteur de sa propre prise en charge. En outre, cette maladie qui parfois « ne se voit pas » peut être difficile à appréhender pour quelqu’un qui n’en est pas atteint. Ainsi, il est essentiel de partager avec ses proches afin que chacun comprenne l’origine et les conséquences de la fatigue ressentie, des douleurs, des difficultés motrices et des autres manifestations et ainsi permettre un meilleur accompagnement dans la prise en charge. N’hésitez pas à parler de tous ces aspects avec votre médecin qui saura vous guider, vous et vos proches.

 

DEFINITIONS

Chronique : se dit d’une affection de longue durée qui en règle générale, évolue lentement.
Inflammatoire : qui est caractérisé par un ensemble de perturbations du système immunitaire. Ces perturbations sont soit d'origine externe comme une blessure, une infection soit interne à l'organisme lui-même.

Proches, aidants : ensemble, c’est tout !

Les associations de patients

Les associations de patients

Le dialogue et la communication sont essentiels pour mieux vivre sa maladie. Les associations de patients représentent, pour vous et pour vos proches, un soutien précieux.

En Savoir plus